Archives par mot-clé : chroniques artistiques niçoises

La revue Lou Can – Chroniques Artistiques Niçoises, un nouvel éditeur pour les auteurs

Courant 2014, le projet artistique lié à la revue Lou Can – Chroniques Artistiques Niçoises a évolué : ces dernières permettent dorénavant aux auteurs, créateurs, dessinateurs d’être édités dans la collection qui était jusque là réservée à la revue.

Le format poche 11x17cm est maintenu pour ces projets a priori. Néanmoins nous pourrons étudier en partenariat avec les auteurs des projets plus adaptés s’ils le souhaitent.

Les thématiques des manuscrits recevables par ces CAN seront assez larges : en priorité elles seront soit liées directement ou indirectement au sud-est français, soit à une réflexion artistique ou philosophique globale. Cela n’exclut pas les auteurs ayant d’autres thèmes de prédilection de nous adresser leur proposition.

La revue Lou Can, et ses Chroniques Artistiques Niçoises s’inscrivent donc dans la démarche d’une maison d’édition classique.

Vous pouvez contacter l’éditeur, Jérémy Taburchi, depuis la page contact.

Les voeux des Chroniques Artistiques Niçoises

Le revue Lou Can vous adresse ses meilleurs voeux pour l’année 2014. Souhaitons qu’elle soit créative et riche de surprises. De son côté la revue s’attachera à promouvoir les idées et valeurs qu’elles défend depuis le début, à savoir la promotion des créateurs azuréens (et d’ailleurs), ainsi que la défense d’une approche démocratique et populaire de l’art.

Pour cela de nouvelles expériences seront tentées : tout d’abord les prochains numéros de la revue seront chacun attribués à un et un seul créateur. Il n’y aura donc pas d’annonce de thème ni d’appel à participation. Cette mesure est destinée à réduire la charge de travail pour l’éditeur liée à l’édition de chaque numéro de la revue.

La seconde expérience sera la mise en place d’une galerie virtuelle et nomade qui proposera des expositions d’artistes ayant déjà participé aux précédents numéros de la revue. Ces expositions prendront place dans des lieux atypiques et autour d’un thème proposé par les Chroniques Artistiques Niçoises.

La première exposition devrait avoir lieu vers le milieu de 2014.

En attendant cet événement, nous vous souhaitons à nouveau nos meilleurs voeux de bonheur et de santé pour cette année qui commence.

Dédicace de la revue Aux Bons Livres à Nice

La librairie Aux Bons Livres, située au 38 de l’avenue Georges Clemenceau accueillera les participants au 3ème numéro de la revue pour une séance de dédicace. Le public est invité à venir découvrir le projet, ainsi que le lieu. Nous vous accueillerons le jeudi 23 mai à partir de 18 heures.

Armelle et Stéphane Renaud enchanteront la soirée grâce à des lectures de leurs proses et poésies.

Annonce de la soirée de dédicace de la revue Lou Can à la librairie Aux Bons Livres le jeudi 23 mai 2013 à partir de 18 heures.
Annonce de la soirée de dédicace de la revue Lou Can à la librairie Aux Bons Livres le jeudi 23 mai 2013 à partir de 18 heures.

Au sommaire du troisième numéro

Au sommaire du Numéro 3
sur le thème de la Vague ~

I. Sacha Sosno préface Lou Can
II. Deux chiens sur la plage, portrait de Gilles Miquelis
III. Les vaguelettes syntaxiques d’Elisabeth Morcellet
IV. La Guerre et la Vague par Philippe Mellet
V. Les extases littorales de Stéphane Renaud
VI. Hugues Lagarde, le regard vers l’horizon
VII. Marée basse, un poème par Armelle
VIII. Thomas Sand par Esnault et Fondeville
IX. Quelques mots de l’éditeur
X. Un vague Moya, fluctuat nec mergitur
XI. Prométhée, la source des dieux, par Louise Skira
XII. Jusant, un poème de Gilbert Casula
XIII. Les souvenirs d’Elsa Egon

Ainsi que les aimables contributions dans l’ordre de parution de Jérémy Taburchi, Cécile Carpena, Virginie Broquet, Sophie Taam, Jürgen Kader, Annabelle Ruchat, Bruno Bebert, Moïse Bluteau, Bruno Cogez, Roxane Petitier, Matthieu Astoux, Hervé Nys, Marilia de Laroche, Louis Dollé.

La couverture du Lou Can 3 est illustrée par une photographie de Hugues Lagarde.
La couverture du Lou Can 3 est illustrée par une photographie de Hugues Lagarde.